Signature du contrat de filière économique du vélo

Article

Accueil » Actualités » Economie et associations » Signature du contrat de filière économique du vélo

A la veille du premier tour des élections législatives de l’été 2024 l’Etat se déchaîne ! Quelques heures après l’annonce de la labellisation des premiers SERM (hier soir) voici celle du contrat de filière, pour laquelle, jusqu’ici, on ne trouvait pas de date. On leur souhaite, et à nous aussi, de ne pas casser leurs pédales.

Cela fait donc deux des sujets en cours qui sont sauvés. Les autres, cités par le Club des Villes cyclables et repris dans l’article du 22 juin (La Fub vous demande de bien réfléchir à votre vote), sont ColisActiv, Génération Vélo, Alvéole Plus, le lancement du deuxième appel à projets « Territoires cyclables », et celui du huitième appel à projets du fonds mobilités actives. Sous réserve d’oubli.

On se passera de date solennelle, le temps presse (Tout ce qui pourrait s’apparenter à de la propagande électorale est proscrit à partir de ce soir minuit) ! L’objectif de la création de cette « filière » est de favoriser les coopérations entre les acteurs économiques du vélo, ce qui aura pour effet de  renforcer et valoriser l’ensemble de l’écosystème français du vélo, lequel n’est d’ailleurs pas uniquement économique. 

Dans l’image, Lien vers le site de la filière économique du vélo

16 ambitions devraient être poursuivies avec l’aide de l’Etat et de ses agences (on pense d’abord à l’ADEME, mais il y a aussi le Cerema et d’autres) pendant les 3 années qui viennent, jusqu’à la date prévue pour les prochaines élections présidentielles, et 6 autres à plus long terme. 

Parmi ces projets sont à noter le développement de l’assemblage de cycles, le renforcement des formations ou encore le développement du velotaf.

Ces projets répondent à 4 enjeux majeurs : réindustrialisation et innovation ; transition écologique ; développement touristique, attractivité des emplois et des formations ; évaluation et communication.

Ce n’est pas le ministre des Transports qui a procédé à la signature du contrat, mais Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports, et Roland Lescure, ministre des Transports, qui a déjà eu l’occasion de montrer son intérêt pour la filière économique du vélo. 

Côté Filière il y a tout naturellement (et avant tout) Patrick Guinard dont l’équipe, avec Florence Gall, a été la cheville ouvrière du processus, Olivier Schneider, co-président de la Fub, Jérôme Valentin, vice-président pour la partie vélo de l’Union Sport et Cycles,  Olivier Amblard, président de France Vélo Tourisme, et Françoise Rossignol, présidente du club des Villes et Territoires cyclables et marchables. Chrystelle Beurrier, absente, était représentée par Camille Thomé, secrétaire générale de Vélo et Territoires. Le coordonnateur national pour le vélo et la marche (Thierry Du Crest) est présent depuis le début, mais ce sont les ministres qui signent.

Ils ne sont pas réservés aux membres d’une corporation ou d’un secteur économique, c’est pourquoi on voit la Fub ou les boîtes à vélo s’intéresser aux infrastructures ou au tourisme. Par petits groupes de 8 à 12 personnes ils ont donc travaillé sur la production, les services, les questions d’infrastructure et d’aménagement, les observatoires et indicateurs, les emplois, formations et compétences, le développement durable, le rayonnement à l’international, et enfin le tourisme, sport, loisirs (en fait c’est Vélo et territoires qui avait mené la réflexion collective ayant débouché sur la  Stratégie nationale du tourisme à vélo).  


RÉINDUSTRIALISATION ET INNOVATION

1 Mettre en place un comptoir industriel
2 Développer l’assemblage de cycles en France
3 Promouvoir l’innovation et accompagner les startups

TRANSITION ÉCOLOGIQUE

5 Créer un score pour le vélo
6 Développer l’usage du vélo pour les trajets domicile-travail
7 Développer les cyclomobilités professionnelles
8 Définir un référentiel des solutions de stationnement vélo

ATTRACTIVITÉ ET COMPÉTENCES

(1) ATTRACTIVITÉ DE LA DESTINATION FRANCE
11 Renforcer et étendre la marque « Accueil vélo »
12 Faire de France Vélo Tourisme la marque de référence de la destination France à vélo en France et à l’international


(2) ATTRACTIVITÉ DES EMPLOIS ET DES FORMATIONS
14 Réaliser une étude prospective emplois/compétences de la filière vélo
15 Compléter et enrichir les dispositifs de formation
16 Valoriser l’attractivité des emplois de la filière vélo

ÉVALUATION ET COMMUNICATION

17 Réaliser l’annuaire de la filière vélo
18 Établir et suivre le tableau de bord de l’emploi et de la formation
19 Tenir un tableau de bord de la filière vélo
20 Améliorer la connaissance de l’économie du vélo.


Les numéros manquants sont ceux dont on s’occupera plus tard. Parmi eux une communication positive pour le vélo et le renfort des tests et laboratoires d’essais.


  • Développer l’assemblage de cycles en France, par le soutien, les usines partagées, le retour de l’industrie des composants et accessoires. Il y a déjà un appel à projet de l’ADEME sur ces sujets. Un gros travail avait été fait par Guillaume Goufier-Cha, avec l’aide de Florence Gall, alors chèfe de son cabinet, sur le rapport sur la filière économique du vélo.

La France peut faire revivre son industrie du cycle
rapport Gouffier-Cha sur la filière économique du vélo, mars 2022

  • Créer un « score » permettant de distinguer les vélos durables et éco-responsables. Un projet en ce sens est en cours de montage avec la filière, l’AFNOR et l’ADEME.
  • Le vélotaf. Vélos privés, loués, d’entreprise, peu importe. Tout ce qui encourage ou facilite est bon.
  • Marque Accueil vélo. Améliorer sa visibilité et son référencement dans les recherches sur la toile. Ils n’oseront probablement pas parler de la réalité des prestations offertes …
  • La formation. Et pour commencer essayer de voir quels seront les métiers du cycle à l’avenir. Pour les professions d’urbanisme et de conseil le questionnaire en ligne auquel mes lecteurs ont répondu est un premier pas. 
  • L’annuaire. Même remarque, savoir de quoi et de qui on parle et à qui.
Dans l’image, lien vers la synthèse du contrat de filière

On remarquera que ce contrat de filière est dans le prolongement des « 10 mesures prioritaires » qui concluaient le rapport Gouffier-Cha.  Deux seulement y manquent, sur  le marché de l’occasion et sur la TVA. 

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits