2 assocs devraient recevoir leur subvention, les 3 autres non.

(Mises à jour 16 déc. 21 h 40;  17 déc. 9 h 40; 20 déc, 22 h)

Ce soir à 20 h 00 les DRC faisaient savoir que ni eux ni France vélo tourisme ne recevraient leur subvention du ministère de l’Environnement pour 2016. Comme dit Christelle Beurrier, présidente des DRC,

Une fois l’année écoulée et les actions convenues ensemble presque achevées, est-il normal de signifier à un partenaire de 10 ans que la coopération est unilatéralement interrompue ?

Stéphane Villain, président de France Vélo Tourisme, ajoute :

Le site de France Vélo Tourisme a enregistré 1 million d’entrées cette année. C’est la devanture numéro 1 des professionnels et des acteurs du tourisme à vélo au niveau national, au premier rang desquels les territoires et les collectivités. Le modèle économique de notre structure a été établi en fonction des subventions du ministère de l’environnement, un partenaire de la première heure de France Vélo Tourisme.

Les DRC étaient sur le point d’établir une convention de partenariat pluriannuelle d’un montant de 69 000€ pour :

  •   Le suivi du schéma national des véloroutes et voies vertes par le système d’information géographique « observatoire national » opéré en partenariat et pour l’Etat depuis 2005.
  •   Les missions de centre national de coordination pour EuroVelo pour la promotion des itinéraires français au niveau européen et le rayonnement de la France à l’international, et l’appui aux collectivités françaises et services de l’Etat dans le développement des itinéraires véloroutes et voies vertes nationales, assurant une mission d’état depuis la fermeture de la mission nationale véloroutes et voies vertes (MN3V)
  •   La plateforme nationale des fréquentations, premier outil à agréger les données de comptage vélo au niveau national pour attester de l’évolution des pratiques.

France Vélo Tourisme est en pleine rénovation numérique de son écosystème web. La subvention de partenariat du ministère de l’environnement aurait dû se monter à 27 000€.

L’AF3V est également exclue de subvention. Son président a déjà écrit au cabinet de la ministre de l’Environnement pour faire valoir que son association ne s’intéressait pas que au tourisme, les voies vertes ayant notamment un grand rôle dans les zones urbaines. L’association avait demandé 28 000€ pour moderniser son site, et rénover sa base de données, datant de 2006.

Les deux autres, FUB et L’Heureux Cyclage, auraient reçu leur convention de partenariat à signer, et c’est cela seulement qui aurait alerté les recalés.

Confirmation pour la FUB, elle obtiendra à peu près ce qu’elle avait demandé (un peu moins de 100 000 €). « A tout malheur quelque-chose est bon » pense son président, indiquant que « le refus marqué par le Ministère de l’Environnement d’être le seul à porter la politique cyclable (…) permettra peut-être enfin de valoriser le côté transversal du vélo et [le faire] reconnaître par tous les ministères concernés : en charge du tourisme, de la santé, de l’éducation nationale, du logement, et j’en passe. »
Après tout, comme l’avait fait remarquer Mme Beurrier dans le Huffington Post (voir l’article du 9 décembre, en bas), cela ne fait au total guère que le prix d’un rond-point. Ou de 37 mètres d’autoroute, 16 mètres de tram, 58 Vélibs, selon les calculs d’Olivier Razemon (voir son article du 9 décembre aussi).

Confirmation aussi pour L‘Heureux Cyclage, qui a reçu lundi 19 un courrier du ministère leur notifiant son accord. Ils recevront donc 40 000 €, somme qu’ils avaient demandé, au titre de 2016.

Le Club des Villes cyclables, nous dit Olivier Razemon, a aussi reçu des assurances. Le Club n’avait pas signé la lettre ouverte, non pas parce que cela ne lui aurait pas été proposé, comme il l’avait dit à un grand journal du soir, mais, d’après les informations recueillies hier (vendredi 16), parce qu’il tardait à se décider et que le groupe (auquel il participait jusque là) ne voulait pas attendre.

———————————————–
L’historique de l’affaire est ici. Rappelons qu’il s’agit de subventions négociées avec le ministère de l’Environnement, qui, à la mi-décembre, n’étaient toujours pas versées, mettant en très grand péril les associations signataires d’une lette ouverte qui a fait grand bruit. Ce bruit1 a porté des fruits pour certaines, mais pour l’ADC, l’AF3V et France vélo Tourisme le ministère dit qu’elles ne relèvent pas de lui, mais du tourisme. Il aurait mieux valu le dire il y a un an, mais en plus, pour le tourisme il n’y a plus qu’une sous-direction, au lieu d’un ministère, quelque part à la direction des entreprises du ministère des Finances…

————————————————

France Vélo Tourisme est une association réunissant des acteurs professionnels, privés et publics, ayant pour objectif de promouvoir la destination France à Vélo tout en développant la filière touristique du vélo. Sa création avait été suscitée par l’Etat.

Le réseau des Départements & Régions Cyclables rassemble les collectivités mobilisées pour le développement de l’usage du vélo, en principe plutôt en-dehors des villes. Au cœur de leurs attentions : le développement des véloroutes et voies vertes et le tourisme à vélo. Membre fondateur de France Vélo Tourisme, les DRC sont reconnus pour leur expertise technique, la qualité de leurs publications, leurs observatoires et leurs formations. Interlocuteurs de l’État et animateurs de comités d’itinéraires, les Départements & Régions Cyclables sont devenus le centre national de coordination pour EuroVelo, le schéma des véloroutes européennes. Dans ce cadre ils portent la voix des collectivités au niveau européen.

L’AF3V, qui est à l’origine du schéma national des véloroutes et voies vertes en 1997, s’enorgueillit de son partenariat avec l’IGN. La publication de la carte de la France des véloroutes, qui a donné pleine satisfaction (voir présentation ici), débouche maintenant sur la mise à jour de toutes les cartes au 1/100 000. Une vingtaine est déjà faite, sur les 77 à faire. Ces mises à jour très précises ne peuvent être faites que grâce au travail de terrain réalisé par les membres de l’association. Ses membres jouent également un rôle important dans le suivi des réalisations et l’apport en connaissances très concrètes sur les projets. L’AF3V n’a qu’une seule salariée, laquelle devait être licenciée dès le mois de mars, malgré son rôle essentiel, sa grande compétence et … sa très grande gentillesse.

  1. Le sénateur Louis Nègre a même interpellé sur l’affaire des subventions Alain Vidalies en public, ce jeudi lors de la réunion Mobilités et Transports organisée au ministère. Le club des villes cyclables était absent.
Print Friendly, PDF & Email

11 thoughts on “2 assocs devraient recevoir leur subvention, les 3 autres non.

  1. Absolument du N’importe quoi de la part de l’Etat !! L’utilisation du vélo sous toutes ses formes, déplacement, loisir, sport, doit être encouragée, éventuellement aidée !
    Le vélo a d’abord été un formidable moyen de déplacement, ensuite sport et compétition (l’homme veut souvent se surpasser, et surpasser les autres…), loisir aussi pour tous âges et tous types de vélos !
    Les aménagements type vélo-routes et voies vertes sont utilisées par tous les cyclistes (hormis les « coureurs » qui roulent nez dans le guidon et ne veulent aucune contrainte – due par ex à une cohabitation avec d’autres usagers, ou à des cyclistes moins rapides). Nous savons tous que des itinéraires bien aménagés pour le loisir deviennent très vite -et heureusement – des itinéraires adoptés par les citoyens-cyclistes qui ont choisi le vélo comme mode de déplacement, en remplacement des modes de déplacement motorisés… Toute une philosophie de vie et une participation citoyenne à l’amélioration de leur santé, de celle des autres, de la planète, des budgets de nos assurances santé, etc etc…
    Donc la question reste entière du « pourquoi l’Etat sépare-t-il sa considération et ses aides selon les différents modes de cyclistes » ? Habituellement l’union fait la force… Les cyclistes ne se laisseront pas séparer.
    Bon vélo, tous types de vélos, partout, en France comme chez tous nos voisins,

  2. AF3V, et autres assos, ne peut-on pas lancer un crowdfunding sur ce point de subventions et couper l’herbe sous le pied de l’état pour cette année en attendant de monter un dossier complémentaire, et autres partenaires?

    • L’AF3V appelle surtout à adhérer ou renouveler sa cotisation, et à payer d’avance celle de 2017, afin que les salaires de la salariée puissent être versés.

  3. C’est une erreur de mettre sur le même plan une association d’usagers qui se bat avec des moyens réduits et une institutions comme DRC. DRC ce sont les départements et régions et on ne peut pas dire que cet organisme soit favorable à la concertation avec les associations d’usagers.
    D’ailleurs DRC a refusé de soutenir l’AF3V.

  4. L’AF3V dindon de la farce … en ces temps de Noël. L’AF3V, comme bien d’autres associations, est obligée de quémander quelques bouts de subventions alors que leurs adhérents rendent des services à la société quasi gratuitement. Pendant ce temps-là des emplois publics comme privés bien rémunérés se multiplient alors que leur contribution au bien public est plus que douteuse (je laisse à chacun le soin de la critique).
    Que serait un monde sans association? ou avec des associations qui feraient payer les moindres de leurs prestations et conseils? Adhérez, faites des dons autant que le coeur vous en dit.

    • Quand on voit l’info qui circule sur le net actuellement à propos des rémunérations des dirigeants du Téléthon, on peut se poser des questions de ce que deviennent nos dons. Bien sûr ne mettons pas toutes les associations dans le même panier.

  5. Mais pourquoi donc les ministères ne veulent pas prendre en compte les mobilités actives comme un moyen de déplacement normal, utile et efficace? Il n’est pas limité au centre des villes. Les habitants le plébiscitent. Les locaux, à pied ou à vélo, font plus de 90 % de la fréquentation des voies vertes. Pourquoi la majorité des décideurs, élus ou fonctionnaires, ne le considèrent-ils que comme un gadget pour touristes écolo? Dans quel monde vivent-ils? Difficile de comprendre ce décalage avec une réalité qu’ils ne connaissent pas!

Laisser un commentaire