Aux Pays-Bas des chiffres à vous faire élire du premier coup!

Je pense que le premier ministre néerlandais se représentera aux prochaines élections, nous dit Hans Kremers, la courbe du pédalage ne redescend toujours pas, au contraire, elle continue à grimper. 
Quand les chiffres sont bons pourquoi ne pas en parler?

Un récent rapport « Image de la mobilité 2016 » de KiM1 résume la situation néerlandaise ainsi : « Nous pédalons plus souvent et plus loin.« 

nimegue-photo-hk

Ce rapport a analysé les évolutions des différents modes de déplacement entre 2005 et 2014, dont les vélos, avec une attention particulière pour le vélo électrique pendant ces dernières années.
En voici quelques conclusions :

  • La pratique du vélo a augmenté de presque 11% depuis 2005. La croissance du nombre de cyclistes et la mobilité accrue par personne (se déplacer plus souvent et plus loin) participent à l’augmentation du nombre de kilomètres parcourus à vélo.
  • Dans l’une des principales gares la part du vélo dans les trajets pour aller prendre le train est passée de 36% à 43%. Par ailleurs le nombre de kilomètres parcourus en train par les voyageurs a connu une croissance de 22% entre 2005 et 2015.
  • Une part de l’augmentation de la pratique du vélo est liée au vélo électrique (le « e-vélo »). La motivation exprimée pour son utilisation est surtout son confort, et moins sa vitesse.
  • Les différences de vitesse entre les cyclistes et les e-cyclistes sont faibles : respectivement 12,4 km et 13 km à heure. Cet écart est un peu plus important chez les adultes jusqu’à 50 ans : 14,5 km/h pour les e-cyclistes et 12,4 km/h pour les cyclistes.
  • Par contre la longueur du déplacement moyen avec un e-vélo est 1,5 fois plus longue qu’avec un vélo : 5,3 km avec un e-vélo et 3,6 km avec un vélo. Cet écart concerne plus les hommes que les femmes. Les e-cyclistes vont plus loin : 90 % de leurs déplacements se situent à une distance comprise dans un rayon de 15 km, tandis que cette distance atteint 7,5 km pour les cyclistes.
  • Moins d’utilisation des transports en commun : 25% des e-cyclistes dit moins prendre le train depuis qu’ils utilisent leur e-vélo ; ce chiffre atteint les 30% pour les bus, tram et/ou métro.

amersfoort-photo-hkcorrigee

Mais alors quand est-ce qu’on arrivera en France à rattraper ces pédaleurs bataves ??? Faut-il se lever plus tôt pour cela ? Peut-être, puisque l’on dit que le temps c’est de l’argent. Et pour y arriver c’est surtout de l’argent dont il s’agit. Ce sera le sujet d’un prochain article.

  1. KiM, institut de la connaissance pour la politique de la mobilité, un organisme autonome qui fait des recherches pour le Ministère de l’Infrastructure et de l’Environnement des Pays-Bas.
Print Friendly, PDF & Email

4 réflexions au sujet de “Aux Pays-Bas des chiffres à vous faire élire du premier coup!”

  1. Il faut déjà pouvoir utiliser son cerveau efficacement comme les Bataves, pour trouver des solutions efficaces… J’ai vu que l’Etat néerlandais va mettre sur la table 7,7 Millions d’euros (le reste des dépenses étant réparti entre les différentes municipalités) rien que pour la construction de 5 nouveaux réseaux express vélo autour de la Région de La Haye, à destination justement de ces fameux e-bikes, afin de résorber les bouchons du trafic routier (https://www.rijksoverheid.nl/actueel/nieuws/2016/11/14/minister-schultz-investeert-in-snelfietsroutes).
    Une véloroute express a déjà été inaugurée cette année. C’est la F59, longue de 21km, parallèle à la ligne de train avec 3 stations sur le trajet, et parallèle aussi à l’autoroute A59… Elle n’a coûté que 4,7 millions d’euros, ce qui n’est qu’une goutte d’eau comparé aux coûts d’un doublement de fréquence des trains ou de la route, et sans compter les impacts environnementaux. Elle mise sur les e-bike pour le délestage de la route et du transport public…(https://bicycledutch.wordpress.com/2016/08/16/the-almost-finished-f59-from-%CA%BCs-hertogenbosch-to-oss/).
    En France et dans le reste du monde tout le monde choisira de dédoubler le trafic routier, et dans 20 ans, voire moins, on va faire de nouveau des dépenses pour défaire ce qu’on a fait quand on se sera aperçu de l’impact négatif de la route…

  2. Je pense malheureusement que l’être humain doit être au pied du mur pour changer de direction… C’est avec plaisir et régulièrement que je lis vos articles très intéressants.J’anime depuis quelques mois une page Facebook pour notre projet « Terminal Bike », et je partage (de temps en temps) vos articles. Celui ci paraitra dimanche soir prochain. Merci.

Laisser un commentaire