Elisabeth Borne tente de relancer le Plan vélo

4 ans après le lancement par Edouard Philippe du premier vrai plan vélo de France, valable 7 ans, la ministre des transports d’alors en assure un anniversaire dans la cour de Matignon, le siège du Premier ministre. Elle a bien raison, après plusieurs oublis récents… mais cela sent l’improvisation.

Si la Première ministre ne donne pas de résultats détaillés, au moins annonce-t-elle que le fonds vélo repart pour un tour et sera doté de 250 millions d’Euros pour l’année 2023. Il sert à co-financer des infrastructures, et aussi désormais du stationnement. Ces 250 millions sont un bond en avant important puisque le précédent plan avait été doté de 350 millions pour 7 ans,  c’est-à-dire jusqu’en 2024, allongé de 150 millions pris sur le Plan de relance. Il y a donc chevauchement des Plans, ce qui brouille un peu les calculs.

La « nouvelle communication » ? 3 minutes devant le bureau et puis basta

Pour le reste rien de bien neuf, puisque les aides à l’achat sont maintenues, et probablement très peu demandées, que l’on veut former 800 000 nouveaux enfants au vélo, soit toute une classe d’âge du primaire, sans qu’il ne soit annoncé une quelconque aide de l’Etat, et encore moins une obligation. 160 000 enfants en ont déjà bénéficié en 3 ans, nous dit-on, sans que l’on sache s’ils utilisent désormais le vélo pour se déplacer. 

La Première ministre a aussi dit que l’on se saisira des Jeux-Olympiques pour promouvoir le vélo1. S’il y a quoi que ce soit aux jeux Olympiques on vous le signalera2, pour l’heure il y a plutôt dans ce domaine des négligences à la pelle3. Elle a également cité la filière vélo, dont la structuration semble en effet en bonne voie. 

La filière vélo se structure par régions, et sort de son isolement

La France peut faire revivre son industrie du cycle

Seule nouveauté, le vélo devient interministériel, avec notamment le ministère de la Santé devenu de la Santé et de la Prévention, et la tenue tous les 6 mois d’un comité interministériel sur le vélo. On peut regretter que les entreprises de transport ne soient pas associées à ce bel élan. 

Lancement du groupe de travail « Transports » pour la sobriété énergétique

Voir son intervention : 

Lire aussi sur le premier Plan vélo :


  1. Stein Van Oosteren a publié un bon article sur le sujet : JO 2024 : le vélo en héritage ? dans Ville hybride. Les JO de 2024 reposent sur un plan de mobilité trop fragile pour assurer l’acheminement des spectateurs dans de bonnes conditions. L’auteur décrit les enjeux de cette période en termes de mobilité, et montre que leur faiblesse ne peut être contournée que par un recours important au vélo.
  2. Vous pouvez aussi relire mon article Accessibilité des Jeux olympiques à vélo : Stéphane Beaudet saisira-t-il la perche ? qui date de … décembre 2017 !
  3. Je découvre le lendemain de la mise en ligne qu’il y a un dossier de presse, et que dans celui-ci on peut lire « L’État soutient la création des voies cyclables olympiques sécurisées pour que tous les sites franciliens soient accessibles en vélo. L’État va renforcer son soutien pour permettre des stationnements sur tous les sites olympiques. » A surveiller, donc.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire