La filière vélo se structure par régions, et sort de son isolement

Pépinières, incubateurs, accélérateurs ou association, les professionnels du système vélo s’organisent en pôles de compétitivité pour démarrer de nouvelles activités et améliorer leurs interactions. A peine créée la filière du vélo se rapproche des filières des transports. Panorama des lieux d’accueil et d’accompagnement des entreprises du vélo.
Les véhicules écologiques – 7

La filière vélo en France est bien plus riche qu’elle en a l’air. Le rapport Gouffier-Cha nous en avait montré un aperçu1. L’exposition qui ouvrira en octobre à Saint-Etienne sur le renouveau du vélo en France célébrera l’industrie française du cycle, au présent et au futur.
Alors aujourd’hui partons faire un petit tour du côté de ses lieux de regroupement. 

  • CARA Aura
  • CYGO Grand-Ouest
  • Vélo vallée, Sud-ouest
  • Moove Lab, Ile-de-France
  • et en résumé … la filière vélo.

CARA

CARA Auvergne-Rhône-Alpes est un pôle de compétitivité sur l’ensemble de la filière des transports et de la mobilité. 

Il s’intéresse à l’innovation dans les systèmes de transport de personnes et de marchandises : développement de véhicules, nouvelles organisations du transport, ITS2, services à la mobilité, véhicules autonomes, mix énergétique, gestion des flux, sécurité, outils d’aide à la décision … 

La MAD (Mobilité Active et Durable), créé en juin 2020, l’a rejoint en janvier 2022 dans une logique notamment de meilleure visibilité et plus fortes synergies industrielles, nous explique Anne-Gaëlle Clot, la coordonnatrice de la filière mobilités actives. Le secteur automobile ayant besoin de se renouveler, on voit déjà des techniques transmuter, par exemple les boîtes de vitesse mécaniques, ou diverses fonctions électromagnétiques. 

A Lyon, lancement du pôle de compétitivité de la mobilité active et durable Isabelle et le vélo, 10 juin 2020

A ces activités s’ajoutent 2 entités emboitées :

L’usine à vélos, une coopérative d’assemblage de vélos et de véhicules pour invalides, créée en mars 2022 à Villeurbanne par ces entreprises qui ont souvent des marchés de niche. Comme CARA ils bénéficient d’une aide de la Région. Ils rendront aussi le service d’achats groupés pour les pièces et pensent atteindre une production de 15000 vélos annuels d’ici 2025.

Les fabricants de vélo lyonnais montent une ligne d’assemblage coopérative. Les Echos, 23 août 2021.

La manufacture des mobilités actives, qui sera un tiers-lieu de travail, atelier de prototypage, ateliers de fabrication, etc sur les mobilités actives. Elle vient d’ouvrir fin juin à Lyon même. Elle est le résultat d’un appel à projet régional, et vient de s’installer provisoirement au Carré de Soie (Villeurbanne). Il accueille déjà L’usine à vélos.

Présentation de la manufacture en vidéo

CYGO

CYGO (CYcle Grand Ouest), Pôle de compétence créé le 6 juillet 2022, qui réunit les acteurs économiques du vélo du grand-Ouest (Bretagne, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire). 90 ont déjà été identifiés.

L’initiative portée par Frédéric Lucas, directeur général adjoint d’Arcades Cycles, David Jamin, directeur général de la Manufacture Française du cycle, Pierre Regnier, directeur de Velco et Arnaud Chereau, directeur et co-fondateur de Wello a été accompagnée par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pays de la Loire et le Pôle de compétitivité ID4CAR. ID4CAR a déjà accompagné Nielsen (vélos spéciaux et abris pour vélos), et l’arrivée de Gyco signe le rapprochement de l’industrie automobile et de celle du vélo. Les passages de l’une à l’autre sont logiques et espérés, tant dans les produits que dans les personnes et les compétences.

Citons juste l’entrée de Porsche dans le capital de Fazua, fabriquant de moteurs compacts, « ayant une grande expérience dans l’industrie du vélo », le rapprochement de Alpine (autos de course) et Lapierre, ou la création de Alérion cycles par deux ingénieurs automobiles (Bike eco, juillet 22). Ajoutons la décision de Stellantis de quitter l’association des constructeurs autos européens « fermement opposée à l’interdiction de vente de voitures à moteur thermique neuves d’ici 2035 (Capital, 14 juin) décidée pat l’UE. La société indique vouloir accomplir une transition du lobbying vers « une interaction plus directe avec les citoyens et les parties prenantes« . Ce ne sont certainement pas les seuls exemples. On remarque aussi que certaines  entreprises de moto élargissent leur offre au vélo.

Ils vont faire la promotion de leur filière, accélérer la re-localisation industrielle, notamment pour les freins hydrauliques et les fourches à suspension, mutualiser des moyens (tests), participer à la structuration nationale de la filière, s’occuper de la formation et des financements, et attirer des talents … 

Il y a quelque chose qui cloche. Le trouverez-vous ?

Vélo vallée

Vélo Vallée, inauguré en juin 2018 pour le sud-ouest à l’initiative de Denis Briscadieu, PDG du groupe Cyclelab. Installée à L’Isle-Jourdain (entre Auch et Toulouse) c’est davantage une association qu’un lieu puisque ses membres se réunissent régulièrement mais ne travaillent pas sur le même site. Vélovallée a plusieurs pôles, nous égrène Muriel Chamero, la permanente :  Industrie, marque-produit, numérique, distribution, tourisme, sport (évènements cyclistes), environnement (par exemple un home-trainer qui produit de l’électricité) et services (assurances, trackeurs, séminaires … Le centre de congrès Véloscope est en cours de rénovation).

Moove Lab

Moove Lab, accélérateur installé à la Station F à Paris 13 et créé par Mobilians et Via ID. 


En projet, d’autres structures dans le Grand Est, les Hauts-de-France et la Nouvelle-Aquitaine.

Cadeau à Lejobvélo

et alors ?

Et alors me demandez-vous, par rapport à l’association des vélos publics et à celle de la mobilité douce (Cycling tech), présentées en juillet, quelle différence ?

  • Les pôles de compétitivité sont des structures concrètement professionnelles, qui offrent ateliers, accompagnement, bureaux, salles de réunion ou restaurant d’entreprise à leurs membres. On y espère de la « fertilisation croisée ».
  • Les incubateurs ou pépinières d’entreprises c’est un peu la même chose, sauf qu’on y reste seulement le temps de consolider ses bases et qu’on y trouve des services communs plus importants qu’ailleurs. Ils sont aussi organisés par filière. C’est une aide au démarrage.
  • Les associations professionnelles regroupent davantage  les entreprises mûres et sont plutôt des lieux pour nouer des relations commerciales ou industrielles. Elles jouent aussi un rôle important de représentation de leurs intérêts auprès des pouvoirs publics. 

Ce qui nous donne à peu près ceci, illustré par Le concentré vélo : 

Le vélo n’existe pas, qu’ils pensaient !

ou ceci : Préparé par le Club des Villes et territoires cyclables et marchables, l’Annuaire des acteurs du vélo en région, industrie, sous-traitants, vente, mobilier, services, comptages et digital, conseil, formation … ainsi que les organisations nationales et extra-nationales connues en juin 22, date de l’édition. N’y figurent ni les deux associations ni les pépinières et pôles de compétitivité dont je viens de vous parler. Pardonnez-leur le titre … Cycling made in France. Si le club n’avait pas insisté je passais à côté ! 


Notes

  1. Sur le rapport Gouffier-Cha, voir La France peut faire revivre son industrie du cycle.
  2. ITS encore un sigle. Celui-ci a 11 déclinaisons, selon Wikipedia. Je choisis Institut de Travail Social, mais ce peut être, encore mieux car en anglais, Système de Transport Intelligent, c’est-à-dire bourré d’électronique.
Print Friendly, PDF & Email

3 réflexions au sujet de “La filière vélo se structure par régions, et sort de son isolement”

  1. Ce qui cloche dans la photo c’est que ça manque de femmes, non ? En tout cas à Paris, le vélo semble bien concerner autant les femmes que les hommes…

    Répondre

Laisser un commentaire