* C’en est fait … les enfants seront marqués d’un casque

th-1Le décret instituant le port du casque obligatoire pour les moins de 12 ans vient d’être publié.
Emmanuel Barbe, directeur de la sécurité routière, lui-même motard, vient de monter sur la première marche du podium du casque pour tous. 6 compléments postérieurs à la mise en ligne + 3.

Le décret est paru ce matin au Journal Officiel. Le décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 porte sur l’obligation de porter un casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans. Son entrée en vigueur est 3 mois après sa publication, soit le 22 mars.
Ce décret figure parmi les premiers textes signés par Bernard Cazeneuve en tant que Premier ministre et par son nouveau ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux. Il a été préparé par Emmanuel Barbe, directeur de la sécurité routière et notamment par un avis du 2 juin dernier.

Décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 relatif à l’obligation de porter un casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans. Journal officiel du 22 décembre 2016.

*

Ce monsieur y va par étapes, afin d’endormir ses victimes. Le casque pour les enfants aujourd’hui, et pour tous dès que possible. Ça lui fera un palmarès de décisions à exhiber lorsqu’il partira.

Je n’envie pas celles et ceux qui travaillent dur dans un climat peu favorable, avec des résistances, des inerties et des incompétences que masquent des débats éculés et toujours recommencés, des mesures prétentieuses mais faciles et en fait sans portée …

Hubert Peigné, début décembre.

th-2La colère se lèvera, car rendre obligatoire un truc dont l’avantage n’est pas sûr relève de la brimade, ou de la mesure d’apparence qui cache le fait qu’on ne s’attaque pas aux causes.

Pour autant, est-ce que ça changera quelque chose?

Marginalement, bien sûr, il y aura des bouderies, mais la plupart des cyclistes de France s’y plieront. Beaucoup d’enfants et jeunes adultes le portent déjà et en sont même fiers. Le casque est plus courant dans nos imaginaires qu’il ne l’était en Australie ou en Nouvelle-Zélande lorsque cette obligation a fait chuter la pratique.

Cette obligation, étendue aux adultes, sera globalement suivie. La pression sociale, déjà forte, fera son office, le risque de ne pas être indemnisé en cas d’accident fera le reste. Non, cette obligation répugnante ne fera pas baisser le nombre de cyclistes; mais elle ne fera pas baisser non plus la gravité et le nombre des accidents. Imposée pour l’heure aux seuls enfants, elle en sera d’autant plus suivie qu’en cas de pépin la culpabilité adulte serait trop grande.

9782858153619Oui cette mesure sera suivie par d’autres, tant que ce monsieur sera dans son fauteuil. Je crains surtout le ridicule de la situation pour nos très vieux qui vont juste au supermarché ou au cimetière; je crains les chiffres qui nous seront cachés, car le casque ne protège de pas grand-chose; et je crains de devoir mettre sur ma tête un jour prochain ce truc ridicule auquel je n’avais jamais pensé.

On reviendra en arrière, bien sûr, et peut-être pas dans longtemps. Ce que je crains le plus pour le moment c’est la stigmatisation de nos gosses, comme s’il fallait encore plus les empêcher de bouger, et pour moi d’être obligée un jour en porter un à cause des automobilistes qui nous fonceront dessus pour nous apprendre «à « respecter le code ».
Doit-on rappeler que le casque est absent des pays cyclistes ?

Mais ici ce sont des motards qui décident pour les cyclistes, tout en utilisant leurs pistes et leurs arceaux.

anne-h-mexico

Les nations qui imposent le casque aux cyclistes sont celles qui n’ont rien de constructif à leur proposer.
Ici une main retire tout financement aux vélo-écoles, à la lutte contre le vol, à l’information, à la participation aux instances de concertation, aux ateliers d’entretien, et l’autre main impose aux enfants de porter un couvre-chef rigide. Une main ignore le danger qu’elle créé avec ses routes optimisées pour les véhicules motorisés, ne renouvelle pas les fonctionnaires chargés de la promotion du vélo, ignore le vélo dans l’arsenal de la lutte contre les dérèglements multiples en cours, et de l’autre main pourchasse les cyclistes jusque dans leur façon de se vêtir, en s’en prenant d’abord à ses enfants.
Alors messieurs Sarkozy, Juppé … soyez solidaires de nos enfants, continuez à rouler normalement vêtus !

sarko-sans-casque

L’obligation du casque sera vite retirée.
Le casque a été obligatoire en Israël, mais l’obligation a été retirée pour la ville en 2010, au motif que l’obligation fait diminuer significativement le nombre de cyclistes dans les agglomérations urbaines sans avoir d’impact significatif sur le nombre total de blessés hospitalisés. Aux Pays-Bas quasiment personne n’en porte.
En Australie l’obligation a été instituée en 1992, et limitée aux moins de 17 ans dès 1994 « sur les pistes cyclables ». En 2004 moins de 20% des cyclistes en portaient. Il semble que l’obligation ait été finalement oubliée. 
A Mexico l’obligation n’aura duré qu’un an (2009), car contraire à l’ambition de promouvoir une culture du vélo.

Source : Bicycle Helmet research foundation.
Lire aussi les « News » : Helmets not in Top 10 of things to keep cycling safe – Government agencies drop 85% helmet benefit claim – No-one knows if a helmet will reduce the risk of getting hurt – Minimal impact of helmet laws on head injuries – Helmet laws discourage the safest cyclists – Town drops helmet law to reduce its risks – etc.

Voir aussi Nouvelle tentative sur le casque. (Tentative de Hervé Maurey, Sénateur-maire de Bernay, et arguments pour ou contre le casque et son obligation.)

Rappelons alors que la France aura changé de gouvernement peu après Pâques.

*

————- Ajouts postérieurs à la mise en ligne —————————————————————–

(1) La mesure dont nous parlons était dans les tuyaux depuis octobre 2015. La FUB commentait « Dans le meilleur des cas cela sauvera 5 vies par an. » Pour ceux qui voudraient reconstituer toute l’affaire, interroger l’ancien blog avec le mot-clé casque. Voir par exemple l’article de Jean-René Carré : Ouf, mon casque n’a rien!

(2) La direction de la sécurité routière pense que c’est « une mesure largement adoptée par les États membres de l’Union européenne »:

« Le port du casque est obligatoire pour tous en Finlande et onze pays membres ont rendu le port du casque à vélo obligatoire pour les enfants :
– jusqu’à 10 ans : Malte
– jusqu’à 12 ans : Autriche, Lettonie
– jusqu’à 15 ans : Slovaquie, Slovénie, Suède
– jusqu’à 16 ans : Espagne, Croatie, Estonie
– jusqu’à 18 ans : République tchèque, Lituanie »

Ce qui nous montre bien que le casque n’est imposé que dans les pays qui n’ont pas de politique cyclable.

(3) Quiconque souhaite un résumé très clair sur la question du casque peut aussi se référer à l’article publié sur le site de la FUB : Casque, un dossier qui décoiffe.

(4) Un article de Sport &Vie (rappelé en commentaire ici) faisait le point sur son utilité l’an dernier :

Il y aurait à ce jour 549 078 études sur le port du casque pour les cyclistes. Aucune ne permet de conclure s’il sauve plus de vies qu’il n’en coûte. Et vous voudriez trancher par vous même ?

(5Arrêté du 21 décembre 2016 relatif aux caractéristiques des casques portés par les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans. Grâce à « frenchwayfarer » sur le texte de Troyes en selle. « Le présent arrêté précise que ce casque doit respecter les caractéristiques du casque pour cycliste conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle et être revêtu du marquage « CE ».  » Evidemment … on pouvait peut-être s’en passer !

(6) Le montant de l’amende est de 90 € si vous « casquez » dans les 45 jours, et 130 au-delà (amende de 4° classe), c’est-à-dire le même prix qu’un camion qui franchit un feu rouge. Voir l’article Les amendes amères. Quel policier sera assez sadique pour infliger une telle sanction ??? Et encore plus s’il a lu cet article !!!

(7) Voir l’article de Christian Louchez dans son blog Velo bus cote d’Opale. Il dit autrement la même chose.

(8) Une excellente fiche de l’ADAV : casque-adav

(9) 24 février 2016, Olivier Razemon : 10 arguments contre l’obligation du port du casque à vélo.

                                      ———–————————————————————————–

*

Emmanuel Barbe est un motard.
« Une fois n’est pas coutume, ce nouveau responsable est un utilisateur de deux-roues et devrait avoir un regard objectif sur les priorités pour améliorer la sécurité des motards. » Moto-Axxe.fr, 25 mai 2015. Et pas un regard objectif pour améliorer la sécurité des cyclistes.

« M. Barbe, qui fait lui-même « beaucoup de kilomètres » au guidon de son Burgman 650 pour rejoindre Paris depuis sa grande banlieue, rêve d’une Goldwing mais préfère le scooter car c’est plus pratique en costume et je peux ranger deux casques dans le coffre. »
Interrogé par MNC sur son équipement, le nouveau délégué assure porter « un intégral et un blouson avec des renforts aux épaules » mais admet ne pas mettre de bottes, comme 68% des scootéristes et 36% des motards… « J’ai tort, je sais », reconnaît-il toutefois avec une sincérité suffisamment rare à ce niveau de fonctions pour être soulignée et appréciée ! Moto-net 5 mai 2015.

Son bilan est très mauvais,
comme le montre Claude Got (signalé par @littlebigfred) : « Octobre 2016 : le bilan désastreux de septembre : 335 tués sur les routes, soit un accroissement de 30,3% par rapport à septembre 2015, confirme l’échec du gouvernement dans un domaine qui est toujours la première cause de mortalité évitable des jeunes adultes. »

L’obligation du port du casque pour les enfants est un cache-misère.

Lectures : + 4000

Print Friendly

45 thoughts on “* C’en est fait … les enfants seront marqués d’un casque

  1. Excellent article que celui de Troyes en selle. Analyse et faits, le montant de l’amende par ex. En France on ne craint pas le ridicule. C’est pitoyable. En commentaire un lien vers un autre article précisant les caractéristiques réglementaires du casque.

  2. Triste devant tant d’erreurs de jugement, et de décisions prises, mais l’Etat a osé…
    Il y a quelques jours nous avons hélas constaté un véritable « lâchage » de la part de l’Etat de plusieurs associations de promotion du vélo comme mode de déplacement, ce matin décret d’obligation du port du casque pour les enfants de moins de 12 ans !
    Et après ? Quelle est la prochaine brimade/punition destinée aux cyclistes ?

  3. C’est effectivement contre productif d’imposer et ça empêche de décider [par soi-même].
    Personnellement pour accomplir plusieurs milliers de kilomètres « dodo boulot à vélo » par an (4500 environ) en région parisienne, je mets un casque et ça m’a évité de grosses bosses lors de belles gamelles :téléphone au volant, piéton en mode poule (je passe je passe pas je passe je passe pas … je passe … ); etc etc …
    Ce qui est certain c’est qu’un casque modifie la perception de son environnement : la chute ne s’effectue pas de la même manière et les membres sont plus utilement mobilisés pour parer la chute et plus efficacement.
    Donc à conseiller dès que l’ostéoporose s’installe.
    Ensuite en hiver ça protège des intempéries avec un bonnet voire une cagoule et un masque de ski plus un masque d’expédition ( 20km à -5°C) et gants chauffants ça permet d’utiliser son vélo vraiment par tous les temps.
    Bref je ne fais pas une croisade pour ni contre le casque qui est toute aussi improductive.
    Les pratiquants intensifs en milieu hostiles ne se posent d’ailleurs pas la question.

  4. En Nouvelle-Galles du Sud, le port du casque concerne tous les cyclistes et l’amende pour non port de casque est de 319 $ (220 € env.) ! Cf. The Guardian, Australie, 22 nov 2016 : Fewer people are cycling in Sydney – the NSW government must be pleased. The state government can claim an early victory in its war on cyclists. Its regime of fines for minor infringements have forced riders back into their cars.
    [= Peu de cyclistes à Syndney, le gouvernement doit être bien content; il vient de remporter une victoire dans sa guerre contre les cyclistes, il les refourge dans leurs bagnoles (traduction libre, IsL).]

  5. Chère Isabelle, je comprends votre courroux, même si je ne le partage pas entièrement.
    Je crois que la place du vélo en ville passe aussi par l’acceptation de contraintes inhérentes à la conflictualité des usages qui se télescopent avec notre promotion des mobilités douces. Même si l’efficacité du casque n’est pas démontrée, il devrait être un argument qui rappelle aux autres usagers que nous sommes vulnérables.
    Finalement, dans cette imposition, tout n’est pas mauvais.
    Je vous ai répondu plus précisément dans mon billet de ce jour. Vélomaxou

    • Au-delà du fait qu’il trouve que je m’emporte un peu vite… l’article de Maxou est amusant, bien informé, et ne me donne pas tort du tout.

  6. Je pense qu’en premier cela fait produire et consommer. Après, pour faire respecter ce sera comme pour le téléphone au volant et tant d’autres infractions.
    Au final c’est encore un moyen de déresponsabiliser, on aura le sentiment d’être protégé et ainsi on pourra se permettre d’aller plus vite par exemple. On ne dira plus à l’enfant « fait attention » puisqu’il est protégé (à la tête paraît-il). Le casque peut protéger mais pas de tout, en tous cas pas de l’inconscience.
    En plus de 60 années de vélo, plus de 150 000 km sans doute, une chute sans casque, avec pour résultat une fracture du col du fémur grâce à un chauffard pressé. Bilan 12 000 € pour la sécu (hospitalisation + 12 semaines d’arrêt de travail).
    Oui j’aurais pu tomber sur la tête et me retrouver dans un fauteuil roulant, voire chez St Pierre. [Bien sûr, mais ce n’est pas le cas.]

  7. Le port du casque en deux-roues motorisé est lié aux vitesses que peuvent atteindre ces engins (et c’est pour cela qu’il est intégral).
    En vélo utilitaire cela n’a aucun sens, et ne fait que rendre l’usage du vélo moins pratique. Exemple concret : il pleut, je transporte mon enfant sur un siège vélo, je vais en ville et attache mon vélo à un arceau (évidemment, non couvert). Je fais quoi du casque du bambin ? Je me le trimbale pendant que je fais mes courses ? Ou je le laisse attaché au vélo au risque de me le faire voler et/ou qu’il soit détrempé ?

  8. Étrange la formulation du décret quand il précise « afin de limiter les blessures graves à la tête et au visage« . Le visage n’est pas protégé par un casque non intégral. On voit bien qu’un motard est à l’origine de la mesure.
    Et quid de « conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle ». A quoi est-il fait précisément allusion ?

  9. Existe-t-il une pétition en ligne contre cette mesure pleine de bonnes intentions (pour les marchands de casques) mais totalement contre productive pour la sécurité des cyclistes et le développement du vélo utilitaire?

  10. Casque obligatoire ! Pour un pays qui n’a jamais beaucoup casqué pour le vélo il est plus facile de casquer les petits cyclistes.

  11. Le terme « passager du cycle » inclus donc aussi les nouveaux-nés dans un siège prévu pour. Des casques existent pour les nourrissons ? J’ai comme un gros doute.
    L’article 1 met l’accent sur le terme *passager du cycle*, sauf qu’un enfant dans une remorque est-il passager d’un cycle ? J’en doute fort car la remorque est un élément bien à part, qui plus est, des plus ambiguës pour un usage avec un vélocipède.
    Les articles encadrant l’usage d’une remorque sont exclusivement orientés sur le fait d’être tractée par un véhicule motorisé. Je crois qu’un enfant de moins de 12 ans n’aura pas l’obligation de porter un casque s’il est transporté dans une remorque.
    Les articles ont clairement été écrits avec les pieds. Les vélomobiles, triporteurs, biporteurs, remorques, etc. ne sont pas pris en compte dans l’efficacité d’une telle mesure. Car si le casque est jugé utile et efficace dans un triporteur, pourquoi ne le serait-il pas tout autant dans une automobile ?

    • Quelle habileté pour mettre les auteurs du texte face à leurs propres contradictions.
      Dommage qu’ils aient le pouvoir, eux, et pas nous, alors que nous faisons du vélo, nous, et pas eux.

  12. Merci Isabelle pour cet article. Je suis vraiment révolté de voir la manière dont est traitée la pratique du vélo à la tête de l’état. Casque, subventions, infrastructures, fiscalité (ikv), etc.
    Heureusement que quelques irréductibles sont là pour faire bouger les lignes, petit à petit.

  13. Cela me rappelle le port de la ceinture de sécurité ! Le fait de devoir porter un casque ne me choque absolument pas, pour ma part je ne monte pas sur mon vélo sans casque et j’ai le sentiment que lors des quelques chutes que j’ai faites cela a « prouvé » son utilité.

    • Cher monsieur, il ne s’agit pas de savoir si les automobilistes doivent porter la ceinture, ni si vous aimez porter un casque. Ce qui est en cause c’est l’obligation pour les cyclistes.

    • Cela n’a aucun rapport. Moi aussi je suis souvent tombé (et blessé) à pieds en marchant ou en courant. Je n’ai pas pour autant mis un casque depuis.

  14. Cela montre que la cause du vélo n’est pas encore gagnée en France. C’est un mauvais coup porté à la cause du vélo. Il fait peser la culpabilité sur les cyclistes alors que le vélo n’est pas en soi très dangereux pour les enfants. A quand le casque obligatoire pour les enfants qui font de la luge ou de la balançoire ? Lorsque les responsables politiques iront en vélo, il n’y aura plus de lois [décrets] aussi stupides sur le vélo. Il faut dès que possible interpeller les candidats à la présidence de la république et les partis politiques sur leur positionnement par rapport à ce décret et sur les déplacements en vélo en général.

    • On aimerait d’ailleurs connaître le nombre de cyclistes tués/grièvement blessés suite à traumatisme crânien lors d’un déplacement à vélo (c.a.d. pas dans le cadre de vélo-sport).
      Quelqu’un sait?

      • Voir la violente réponse, très informée, de Francois Fatoux plus bas. La colère de Francois repose sur une longue expérience très concrète, notamment en velo-ecole.

        • Je fais du vélo dans un club cyclotouriste, 8000km en 2016 en ville et sur route avec beaucoup de montagne, j’ai fais quelques chutes et j’ai béni mon casque. Si c’est devenu obligatoire pour toutes compétitions sportives ce n’est pas pour rien.

          • C’est le mot: sportif. Or nous ne faisons pas du sport, mais du transport. Nous ne prenons pas de risque pour battre une performance, nous roulons tout en assurant notre sécurité sans aucun problème de chrono.
            A 8000km/an, dont environ 2000km/an en voyage à vélo, le reste en ville et le tout sans casque, je suis tombé de nombreuses fois par mégarde. Blessé au visage une fois (égratignures), de nombreuses douleurs sur les jambes, bras et mains, mais jamais de blessure au crâne. J’ai eu l’occasion de tester l’efficacité d’un casque dans sa configuration la plus optimale, une chute en VTT seul contre le sol. Le casque n’a pas empêché d’avoir un trauma crânien important couplé à un pneumothorax et autres joyeusetés.
            En suivant la logique de votre dernière phrase, étant donné qu’en compétition automobile les conducteurs et passagers portent un casque intégral et sont dans un siège baquet en étant bien ceinturé : si c’est obligatoire, ce n’est pas pour rien. Pourtant jamais cela ne sera mis en place pour conduire une automobile en ville ou sur autoroute. Si cela ne vous gêne pas, quelle en est la raison ? Ne dites pas qu’à vélo c’est plus risqué, tout les chiffres et études vous diront l’inverse.

  15. On voudrait dissuader les enfants de faire du vélo qu’on ne s’y prendrait autrement. Le gouvernement a-t-il peur qu’il y ait trop de cyclistes dans les générations futures ?

  16. Devant cette décision absurde, je vous conseille de lire un article très documenté (avec références, biblio… comme d’habitude) dans l’excellent magazine « Sport et Vie » N°149 (mars-avril 2015) intitulé « Pour ou contre le casque à vélo » rédigé par Gille Goetghebuer (rédacteur en chef) qu’on peut notamment voir avec Michel Cymes sur France 5 dans le magazine de la santé le mercredi je crois.
    Il indique notamment 549 078 (!) études ont été faites dans le monde sur l’intérêt du port du casque à vélo. Aucune de ces études n’a jamais permis de conclure « de manière définitive si le port du casque à vélo sauve plus de vie qu’il n’en coûte » (!!!!).
    « Cette question est une saga sans fin » concluait récemment le British Medical Journal.

  17. Et il y a quelques jours, à Bordeaux Métropole on vient de voter un ambitieux plan vélo doté de 70 milions d’euros pour booster la part modale à l’horizon 2020. Ce message gouvernemental est non seulement en décalage avec la réalité mais il est aussi en contradiction avec nombre de politiques locales à l’échelon des métropoles. Il serait intéressant d’avoir l’éclairage de notre coordonnatrice interministérielle vélo sur ce sujet, Sylvie Banoun. Au moins voir si on peut limiter la casse (obtenir la garantie que ce ne sera appliqué qu’avec dicernement et pas élargi à l’ensemble de la population).

  18. Le seul casque efficace est le casque intégral. Globalement, il nous faudrait être équipé(e)s comme des pratiquants du BMX. Nos policiers et gendarmes ont des choses plus importantes à résoudre qu’à faire respecter ce genre de décret sans intérêt.

  19. Bravo Isabelle pour cet article, qui déconstruit ce décret et démontre comment l’incompétence et le copinage gangrènent nos institutions.
    Que peut-on faire ? Pétition ? Contact des députés ? Recours contre le décret ? J’ai hâte d’attendre le prochain épisode du feuilleton.

  20. – Le nombre cyclistes de moins de 15 ans morts en 2015 – 7 – n’est pas significatif.
    Le nombre de morts parmi les cyclistes de moins de 12 ans – visés par le décret – est probablement inférieur à 7.
    Dans la plupart des accidents mortels, si la victime avait porté un casque, son sort n’aurait pas été différent.
    Ce qui pourrait justifier l’obligation du casque, c’est le nombre de blessés à la tête. Or le rapport (http://www.securite-routiere.gouv.fr/content/download/35853/343235/version/3/file/Bilan+de+la+s%C3%A9curit%C3%A9+routi%C3%A8re+2015.pdf) parle de 1516 cyclistes blessés hospitalisés.
    A partir du graphique de la page 26, on peut estimer à 1000 les blessés hospitalisés entre 5 et 12 ans, tous véhicules confondus.
    Page 24, on apprend que les cyclistes sont 6% des blessés hospitalisés
    Soyons larges, il y aurait une centaine de cyclistes entre 5 et 12 ans blessés hospitalisés. Evidemment parmi ceux-ci, il y a beaucoup de poignets cassés et autres bobos que le casque n’évite pas.

    Le très barbant Barbe fait donc signer un décret à 3 ministres totalement ignorants du sujet pour éviter ou réduire la gravité d’un traumatisme crânien à une population d’une cinquantaine de bambins en France par an, quand les mêmes bambins sont autorisés à skier, à grimper dans les arbres, à faire de la planche à roulettes, du roller … sans protections. Et comme je suis trop sympa, je n’évoque pas les noyés du même âge en mer, en rivière, dans les piscines publiques et privées.
    Cette cinquantaine de bambins ne met en péril aucun business. Au contraire, la vente de casques va bénéficier d’un petit coup de pouce.

    Le très barbant Barbe aime particulièrement les cyclistes ? Je crains plutôt que ce crétin dont l’évolution de la carrière montre qu’il appartient à cette catégorie de citoyens plus préoccupés par leurs intérêts personnels que par l’intérêt général veuille se faire mousser pour accéder rapidement à une autre fonction qui n’aura rien à voir avec la sécurité routière comme l’étaient ses précédents postes.
    Son prédécesseur, passionné de sécurité routière, est aujourd’hui directeur de cabinet du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense chargé des Anciens combattants et de la Mémoire (des hommes casqués, j’en conviens).
    Le très barbant Barbe n’est pas un homme tout puissant qui manipule les plus hauts responsables du pays. Lui-même scootériste, il est un fidèle chien de garde de ces hauts responsables politiques qui cherchent à le rester en flattant leurs électeurs (les cyclistes sont détestés), en obéissant aux injonctions des responsables économiques qui ne veulent pas d’emmerdeurs à NDDL, à Roybon, dans le futur immense centre commercial du Triangle de Gonesse …

    Allez au boulot en bagnole, allez vous faire bronzer à l’autre bout du monde en avion, aller acheter du déodorant et des casques chez Auchan-Décathlon, regarder les conneries de la télé.
    Et vous, les cyclistes qui voulez bouffer bio, faire du camping sauvage dans les Vosges et rouler sans casque, on va vous faire la peau. Pour commencer, on va mettre vos mômes au pas.
    Vos mômes, on les aime obèses, abrutis de consoles de jeux, de télé-réalités débiles, de musiques à se crever les tympans. Faîtes pas chier, consommez et joyeux Noël !

  21. François Fatoux est remonté comme un coucou! Mais je trouve sa plume très juste et ça met du baume au coeur dans cette époque qui n’en apporte pas tellement. Merci François.

  22. Je me demande ce qu’il se passe si aucun adulte n’est présent. A ma connaissance :
    1) aucune pièce d’identité n’étant obligatoire pour circuler en France, comment vérifier l’âge du ou des enfant(s) (le problème se pose aussi pour les enfants accompagnés, chaque cycliste devra-t-il se balader avec son livret de famille pour prouver l’âge de ses enfants… ?)
    2) on ne peut pas verbaliser un mineur. Donc en l’absence d’adulte, aucune sanction n’est possible, les auteurs du texte sont-ils tellement persuadés de la dangerosité du vélo qu’ils n’imaginent même pas que des mineurs puissent le pratiquer sans accompagnateur adulte ou est-ce encore une preuve d’une rédaction bâclée ? Un peu des deux sans doute…
    Bref, comme d’habitude, les mesures concernant le vélo montrent la terrible légèreté avec laquelle est abordée cette question par les politiques et les services (et ça fait vingt ans que ça dure, Hubert Peigné notamment en a déjà témoigné).
    Le pire dans tout ça, c’est que même les personnes s’occupant de cette question dans certains services, et cyclistes eux-même, sont persuadés qu’il faudrait rendre le casque obligatoire pour tous les cyclistes. En résumé, c’est pas gagné.

  23. Merci François. Je me permet de poster ici le petit texte que j’ai posté sur FB et twitter, mini texte d’anticipation qui fait peur :
    – Mars 2017 :casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans à vélo.
    – Mars 2019, un « comité d’experts » publie un article expliquant que « en 2016, il y a eu 3 enfants morts à vélo, seulement 2 en 2017, et 1 en 2018, ceci grâce au casque ». Aucun ne fera le lien entre la division par 2 du nombre d’enfants allant à l’école en vélo, ni avec le fait que le dernier tué l’a été par un automobiliste qui reculait parce « personne ne passe par là d’habitude ».
    – Avril 2019, le casque devient obligatoire pour tous les cyclistes hors agglomération.
    – Avril 2020, même comité d’experts, casque obligatoire en ville. La part modale du vélo baisse de 75%.
    – Septembre 2020, « 40 millions d’abrutis » publie une étude montrant que les pistes cyclables sont sous-utilisées et source d’accidents.
    – Septembre 2022, le nouveau gouvernement supprime les pistes cyclables que plus personne n’utilise et on revient à la situation de 1970.
    Pendant ce temps, les Danois, les Néerlandais, les Allemands se foutent de notre gueule.
    (Je précise que je ne suis pas contre le port du casque, j’en ai 6 au garage, 3 de VTT, 1 de BMX, un urbain et un autre, je demande juste le droit de pouvoir choisir quand et si je le mets ou pas, pour moi et mes enfants.)

  24. Pour confirmer votre propos sur les autres pays européens : à Tallinn (Estonie), le vélo c’est 0,5 % des déplacements… Et je suis a peu près certain que la loi n’est pas appliquée.

  25. Je fais du vélo urbain et sportif, et suis papa de 2 jeunes enfants. Je ne me déplace JAMAIS à vélo sans mon casque, qui est une protection additionnelle (nécessaire mais pas suffisante comme dirait les profs de maths) et mes enfants ont depuis leur début également acquis ce réflexe. Oui le casque protège, pas juste des bobos mais surtout de traumatismes craniens que l’on peut se faire seul en glissant dans un virage par exemple. Celà n’enlève en rien la nécessité impérieuse de créer des réseaux cyclables indépendants des réseaux pour 4 roues (je vis au Pays Bas), mais le casque qui gêne, tient chaud, est moche, et autres hérésies, vous lui direz merci le jour où vous tomberez seule et que votre tête claquera par terre : votre casque sera fissuré et bon à remplacer, mais vous serez en vie (je parle en connaissance de cause, et pourtant je pense savoir tenir sur un vélo et anticiper les potentiels dangers de la chaussée comme de la route en général).

    • et alors ? personne ne vous interdit de porter un casque ni de le faire porter à vos enfants, même aux Pays-Bas … Par ce message vous ne convaincrez que ceux qui le sont déjà. On a autant d’expériences vécues dans un sens que dans l’autre; les chiffres par contre … mais lisez l’article. En tant que directeur du marketing de Shimano France, je crois que cela devrait vous intéresser.

  26. Je me suis toujours dit qu’une bonne idée doit s’imposer d’elle-même. Si on doit l’imposer par la contrainte, c’est qu’elle n’est pas bonne… J’aime me promener à vélo (je peux même dire promener mon vélo) mais si je dois mettre un casque -(+ des gants en kevlar + des chaussures de sécurité et je ne sais quoi par la suite …) eh bien je resterai en voiture (un GROS 4×4 pour la sécurité).

  27. La mentalité des Français impose le passage par une obligation de beaucoup de choses (…) Après se battre à coup d’études, pour prouver l’efficacité ou non du casque, on se croirait dans une cour d’école. Les chiffres, on leur fait dire ce qu’on veut. En attendant, si l’obligation du casque permet de sauver la vie de ne serait-ce que quelques enfants…

  28. Merci pour vos quelques 40 commentaires qui ont certainement fait le tour de tout ce qui pouvait se dire sur la question, de façon savante ou sans même avoir lu le texte, en se basant sur des données scientifiques ou sur votre simple expérience personnelle, et sans préciser, parfois, que vous aviez un intérêt commercial à l’objet. Que ceux dont j’ai coupé le texte comprennent que seul un texte court a des chances d’être lu, et que le hors-sujet fait perdre beaucoup d’énergie. En tous cas nous allons nous arrêter là. Merci encore.

Les commentaires sont fermés.