Le 1er vélo à assistance solaire sans prise ni tête

soleilLe S-Bike a été présenté hier. C’est le premier vélo du monde à assistance totalement solaire. Il n’a ni chariot à traîner ni toit à supporter, et il est presque prêt à être industrialisé. 

Après le e-bike, le vélo électrique, il va falloir s’habituer au S-Bike, le Solar-Bike ou vélo solaire. Différents prototypes de vélos solaires existent avec une alimentation solaire ET électrique, l’imagination est foisonnante1. La grande nouveauté du S-Bike ? Il s’agit ici d’un vélo qui n’a plus besoin d’une prise pour être rechargé.

Cette première mondiale a été présentée hier par la start-up néerlandaise SAL (Solar Application Lab) qui l’a développée avec l’Université Technologique d’Eindhoven, Segula et Ebike Nederland.

Marc Peters, le fondateur de SAL, est fier d’avoir développé une technique qui offre un rendement vingt fois supérieur à ce qu’on obtient avec les cellules photovoltaïques actuelles. Cela permet de produire de l’énergie sur des petites surfaces comme la roue du vélo.

Une dizaine de vélos sera testée en 2016, notamment pour le bon fonctionnement sous toutes les conditions météorologiques dont des journées pluvieuses en septembre. Sa production n’est envisagée qu’à partir de 2017 après avoir trouvé des investisseurs motivés par ce nouveau type de vélo. Son prix actuellement estimé se situe entre 2300€ et 2400€ pour une durée de vie des batteries bien meilleure que celles des vélos électriques, et pour une autonomie plus importante.

On est loin des vélos solaires mais brinquebalants de la Solar cup de l’été dernier à Chartres2

Dutch Solar Cycle, prototype zonnefiets, Solar Application Lab, TU Eindhoven
Dutch Solar Cycle, prototype zonnefiets, Solar Application Lab, TU Eindhoven

 

(vues : + 700)

  1. Cliquez par exemple sur « Solar-Bike images » pour découvrir le foisonnement qui existe dans le domaine du vélo solaire
  2. Coup de soleil pour la coupe du soleil à Chartres
Print Friendly, PDF & Email

7 réflexions au sujet de “Le 1er vélo à assistance solaire sans prise ni tête”

  1. La physique est têtue, la puissance nécessaire pour faire fonctionner un VAE est d’environ de 150 à 200W, voire plus. Or la surface projetée d’une roue de vélo perpendiculaire au soleil est juste ridicule. Donc on s’aperçoit vite que faire fonctionner un VAE uniquement avec quelques cellules photo-voltaïques dans la roue est impossible pour l’instant. Les vélos solaires de la course de Chartres ont encore de l’avenir.

    Répondre
  2. Bonjour, désolé d’apporter un petit voile d’ombre sur ce rayon de soleil si prometteur, mais il ne faut pas s’attendre à ce que ce vélo corresponde aux données et performances si extraordinaires annoncées. Le fait est que les panneaux solaires actuels ont un rendement, pour les meilleurs, d’environ 20%… et donc 20 fois plus font…. attendez, je calcule… 400%!
    Les jolis petits carrés accrochés à la roue du vélo auront donc plus d’efficacité en tant que miroirs aux alouettes (les fameux « investisseurs motivés ») que comme source d’énergie !
    C’est un peu comme si vous mettiez une pile de 1,5 volt sous la selle du vélo, et que vous en tiriez, grâce une supermoulinette sortie du laboratoire de l’inspecteur gadget ou du professeur nimbus, 20 fois plus, donc 300 Volts !
    Il n’y a donc rien de nouveau sous le soleil, pour l’instant… mais bon, avec le réchauffement de la planète, peut-être que certains vélos du futur pourront récupérer cette énergie thermique pour soulager les mollets des cyclistes.

    Répondre
    • Flute, je me suis planté dans mon calcul ! Ceci dit, ça ne change pas grand chose sur le fond : on ne peut pas créer de l’énergie comme ça, à partir de rien.

      Répondre
  3. Je n’ai fait que relayer une info concernant une première, parmi tant d’autres. Je suivrai cette actualité pour vous donner le résultat des 10 vélos testés en 2016.

    Répondre
  4. Ce n’est pas vraiment un vélo « solaire » mais la source d’énergie (hydrogène) peut être facilement d’origine solaire. Et c’est un véritable VAE. Je n’ai aucun intérêt dans la société citée, il s’agit d’un article repéré dans le journal La République des Pyrénées.

    Répondre

Laisser un commentaire