Baromètre de la Fub, n° 2

La FUB, Fédération française des usagers de la bicyclette, lance la seconde édition de son enquête nationale « Baromètre des villes cyclables » sur son site « Parlons vélo ». 

Sa première édition, lancée il y a deux ans (septembre 2017), avait connu un gros succès auprès des associations comme du public (80% des répondants n’étaient adhérent à aucune association de vélo), pourtant seules 316 communes françaises avaient été diagnostiquées (pour 320 associations au sein de la Fub). 

Connaître l’opinion des citoyens

Il s’agissait de recueillir les opinions des cyclistes et des non-cyclistes sur la « cyclabilité » de leur ville, c’est-à-dire leurs impressions sur les conditions de circulation à vélo. 

Des résultats très riches

Les résultats avaient détonné dans le continuum intellectuel des spécialistes. 80% des répondants voulaient être séparés du trafic motorisé. Le fait que 90% des répondants trouvaient que les enfants et les retraités ne pouvaient pas rouler dans leur ville témoignait en tous cas d’impressions peu flatteuses. Les résultats avaient été largement repris lors des assises de la mobilité et avaient alimenté les propositions de la Fub.. 

Quant aux résultats par commune ou zone géographique, ils ont parfois surpris de part la segmentation adoptée (par taille de commune. Illkirch-Graffenstaden se retrouvant dans la même catégorie que Belfort, par exemple). Les résultats détaillés sont présentés dans l’article Baromètre des villes cyclables : une mine d’informations. Suite à cela un certain nombre de « plans vélo » avaient alors vu le jour. 

L’édition 2019

Pour cette seconde édition, la Fub espère surtout mesurer les évolutions dans l’appréciation portée sur leur ville par les habitants. Il s’agit d’une évaluation des politiques publiques, ou une mesure des attentes du public. En aucun cas cela ne doit être un catalogue d’arceaux à poser ou une liste de bandes cyclables à peindre. 

Des analyses fines des opinions seront possibles en filtrant sur des critères choisis tels que la peur du vol ou la qualité des aménagements cyclables. 5 catégories sont traitées : Ressenti général, sécurité, confort, centralité du vélo dans l’action quotidienne, stationnement et autres services.

Un module de cartographie, ajouté cette fois-ci, permettra de faire connaître les priorités géographiques ressenties par les citoyens.

Penser aux élections municipales

Cette seconde édition intervient exprès en fin de mandat. La Fub espère influencer les promesses des candidats aux élections municipales de mars 2020. 

La FUB invite donc les citoyens, cyclistes ou non, quel que soit leur territoire, à répondre massivement à cette enquête, afin de mettre le sujet « vélo-déplacement » au cœur des débats des élections municipales, et par la même occasion de faire le bilan de la mandature en cours sur la plan du vélo. Pour ce faire les associations de la Fub vont être très mobilisées, mais aussi les medias.

Pour répondre à l’enquête, rendez-vous au baromètre jusqu’au 30 novembre 2019. Les résultats seront rendus publics à l’occasion du 20ème congrès de la FUB à Bordeaux les 6 et 7 février. 

Pour rappel, la Fub diligente en ce moment une autre enquête s’adressant aux utilisateurs de VAE : Vous roulez à VAE? la Fub veut tout savoir!

Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions au sujet de “Baromètre de la Fub, n° 2”

  1. En 2017, il y avait 87 votants pour Arras, qui avait obtenu une note moyenne de 3,23 sur 6.
    La nouveauté 2019 du baromètre cyclable est qu’une fois le questionnaire rempli (32 questions), on peut noter les 3 points à aménager prioritairement et les 3 points noirs.
    L’analyse des points noirs de 2017 pour Béthune, Dunkerque, Lille, Marcq-en-Barœul, Neufchâtel-Hardelot, Tourcoing, Valenciennes avait permis une analyse détaillée qui fut remise aux élus.
    Géovelo donne un inventaire (incomplet) des aménagements cyclables pour Arras avec l’évolution par mois et par type (piste, bande, DSC,..) basé sur des données Openstreetmap. On est à 61 km (153 km pour la CUA). La carte de la cyclabilité donne une bonne idée des points noirs sur Arras. Pour moi, à Arras, la plupart des aménagements cyclables créés ces 10 dernières années ne sont ni rapides, ni confortables, ni assez sécurisants pour inciter les Arrageois à se remettre en selle.
    Au niveau international, il n’y a que l’audit Bypad (Bicycle Policy Audit) qui permet des comparaisons des politiques cyclables des différentes villes. La Région de Bruxelles-Capitale a déjà fait 4 Bypad. Son score de 2018 est de 55% alors que Strasbourg, première du baromètre cyclable de la FUB, arrivait en 2017 à 4,1 sur 6. Son Bypad indique un score de 80% en 2015.

  2. Avec une publication des résultats les 6 et 7 février, cette enquête pourra servir à l’évaluation de la politique des sortants (et de leurs prédécesseurs). Ou alors pour juger de la pertinence des promesses par rapport aux attentes. Plus difficilement d’appui pour alimenter des programmes qui, il faut l’espérer, seront publiés avant cette date, histoire de permettre au débat démocratique de s’appuyer sur quelque-chose.

    Ou alors, il faut promettre des sommes à mettre pour le développement de la cyclabilité des collectivités et s’engager à s’inspirer de l’enquête pour mener les travaux et la planification… Et ça, c’est déjà pas mal !

Laisser un commentaire