Nos lumières blanches seront bientôt autorisées

De nouvelles règles vont régire les lumières de vélo. Désormais sera autorisé ce que nous faisions sans savoir que c’était interdit. 

L’arrêté du 30 juin 2021 modifiant l’arrêté du 30 août 1982 relatif à l’éclairage des cycles a été publié au Journal Officiel du 20 juillet 2021.

Il concerne les vélos et les Engins de Déplacement Personnels lorsqu’ils sont motorisés qui s’appellent donc EDPM. Il entrera en vigueur le 1er décembre 2021. 

Il parle des lanternes, comme aux débuts du cycle (voir Velomaxou), et lorsque le mot lampe était utilisé il est remplacé par « source lumineuse » ce qui évitera peut-être une prochaine révision.

Enfin ce n’est plus la ministre des transports mais le « Centre national de réception des véhicules » qui s’en occupe, et donc les mots : « secrétariat de la commission » sont remplacés par le mot : « CNRV » .

L’essentiel en quelques mots

  • Pour nos lumières avant on aura désormais le droit au jaune, qui était obligatoire et ne le sera plus, et au blanc, qui est devenu pratique courante et sera donc lui aussi autorisé.
    Evidemment un vendeur par correspondance tord le texte en sa faveur : « Avant toute chose, petit point législatif (…) : il est obligatoire en France d’équiper son vélo d’une lumière blanche à l’avant et d’une lumière rouge à l’arrière. Maintenant vous êtes prévenu ! » 
  • On aura droit aux LED, autrement appelées diodes électroluminescentes, ce qui est bien le moins, d’autant que leur efficacité est très importante et qu’ils équipent toutes les lanternes neuves depuis pas mal de temps.
  • La puissance minimale passera de 7 à 10 lux. 
  • Les seuils d’alerte de piles faibles, et d’intensité d’éclairage après alerte, pour les éclairages à piles, sont ainsi définis :

Une demi-heure après le déclenchement en service continu du témoin de contrôle, l’éclairement doit encore répondre aux valeurs suivantes :
– sur la ligne horizontale situé à 3,4° au-dessus de H H’ et au-dessus de cette ligne : 0,7 lux maximum
– centre de faisceau (point A) : 3 lux minimum.
– en tout point des deux segments de droite A1/A2 et A3/A4 de l’écran de mesure (voir schéma), l’éclairement ne doit pas être inférieur à la moitié de la valeur mesurée au point A.

Nul n’est censé ne pas comprendre. Surtout, jusqu’au 30 novembre ne vous faites pas contrôler, si votre vélo est neuf vous êtes non-réglementaire !!! 

Le blanc n’est autorisé qu’à partir du 1er décembre !!! 

A la Prévention routière on fait d’ailleurs remarquer que l’avènement des LED a contribué à l’amélioration très nette de l’éclairage des vélos : « les enquêtes d’observation des bénévoles de l’Association Prévention Routière ont montré que les défauts d’éclairage diminuaient très fortement dans nos villes (75% de défauts en 2013, 57% en 2018 et 37% en 2020 pour les bicyclettes personnelles circulant de nuit) ».

Pour ma part j’attribue aussi ce bon résultat à l’équipement grandissant en dynamo-moyeu pour les vélos de qualité et en lumières amovibles et rechargeables sur USB pour tout le monde, c’est-à-dire en matériel solide.
Personne n’avait pensé à rendre obligatoire à la construction des éclairages de bonne qualité, à l’époque où les éclairages amovibles n’existaient pas. Car personne ne se souciait de notre sécurité. Nous prenions parfois des amendes mais personne ne s’intéressait à la suite, qui aurait dû être l’obligation de réparer. 

A noter que la Fub vient de rendre publics ses tests d’éclairage. Sur 11 « lauréats » pour le feu avant, 9 concernent des éclairages à batterie et les 2 moins bien notés sont des éclairages fonctionnant sur dynamo. A quand aussi la prise en compte écologique (batteries, métaux rares …) là-dedans ? Et puis, a-t-on vraiment besoin du plus puissant ?

Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de “Nos lumières blanches seront bientôt autorisées”

  1. Hum, les LED posent un double problème : elles éblouissent beaucoup quand on les a face à soi, et elles seraient dommageables pour l’œil.
    Voici un lien qui creuse un peu le sujet, même s’il parle beaucoup des écrans : Que choisir ?
    Les dynamos-bouteille, c’était bien, mais quel vélociste peut encore vous installer cela ?

    Répondre
    • Passée une certaine luminosité, les phares à LEDs devraient obligatoirement (mais bon, quand on voit à quelle vitesse évoluent les réglementations…) avoir une optique adaptée, qui coupe la lumière à une certaine hauteur, évitant l’éblouissement.
      Je ne connais absolument pas le marché, car j’ai un système qui fonctionne de façon excellente (dans ce domaine et les autres), l’Edelux de chez SON, qui reprend lui-même le système optique IQ-Tec de chez Busch&Müller.
      Quant aux dynamos bouteille, si elles ont disparu, c’est en raison de leur très faible fiabilité dans l’humidité et la neige, et leur grosse consommation de la puissance du cycliste. On trouve des roues avant avec dynamo moyeu à partir de 60€ environ. Pour une autre soixantaine d’euros ou un peu plus on peut s’offrir une excellente paire de lumières de chez B&M… Comme il n’y a quasiment que des avantages à l’éclairage sur dynamo moyeu si je devais équiper un autre vélo je ne réfléchirais même plus à autre chose.

      Répondre
  2. C’est pas trop tôt : voilà des décennies que les phares des motorisés sont blancs, ce qui offre une lumière de bien meilleure qualité.
    Et les LED remplacent avantageusement les ampoules halogènes qui succédaient aux ampoules à filament.
    Quant aux lumignons fournis pour l’homologation, il était temps de leur fixer une puissance minimale à peu près correcte.

    Répondre
  3. Comme Devauton, je suis fréquemment ébloui par des phares qui crachent un peu, voire beaucoup trop, la plupart du temps parce qu’ils sont orientés n’importe comment. Parfois peut-être aussi parce que l’optique est réduite à simple lentille pas vraiment conçue pour diriger la lumière là où il faudrait (sur les EDPM, mais pas que). Il est de plus en plus fréquent d’être ébloui même en plein jour. Faut le faire.

    Répondre
  4. Pas plus tard que ce matin, un automobiliste m’a fait des appels de phare car il était ébloui par le mien (de phare). Celui-ci avait dû bouger à la suite d’une manœuvre de stationnement quelconque. Je l’ai réorienté un peu vers le bas tout en continuant de pédaler. Il faudra que je pense à serrer les vis !

    Répondre

Laisser un commentaire