Mon député a signé pour le vélo

Comme pour les municipales et les régionales, comme pour les conseils généraux et la présidentielle, les candidats députés ont été invités à s’engager pour le vélo. Il y en aura besoin si nous voulons que la transition écologique se fasse en vrai …  

Jusqu’ici les décisions du nouveau gouvernement montrent clairement que seuls les véhicules motorisés ont un droit d’existence. Aucune ministre n’a la mobilité active, c’est-à-dire la vie tout simplement humaine, en portefeuille. L’appel de l’Alliance pour le vélo invite donc les candidats à s’engager pour « une mobilité efficace, agréable et simple d’accès » qui nous est refusée à peu près partout. Le vélo est une réponse à de nombreux enjeux de société, insiste l’Alliance pour le vélo. Il répond à une aspiration générale à la liberté, la proximité et le bien-être. Il n’opère aucune distinction entre les citoyens, ni  sociale, ni géographique, ni d’âge. 

Les engagés au 9 juin 2022

340 candidats avaient déjà signé l’appel le 9 juin au matin (et 442 le 13, sur 6293 candidats devant aboutir à 577 députés, selon Le Monde), dont l’écologiste Julien Bayou mais pas Elisabeth Borne. Vous pouvez en voir la liste et les chercher par circonscription, nom ou même prénom. Chez moi deux de mes trois candidats préférés ont signé, l’un est encore en lice. A chaque candidat il a été demandé de résumer sa « vision », et de choisir parmi une série de mesures prioritaires. A vous ensuite de leur rappeler leurs engagements, et de les aider à y répondre, pendant leur mandat. Les mots employés dans leur déclaration ont aussi tout leur poids. A vous de voir. Dans certains cas les engagements sont très concrets, notamment pour les candidats déjà élus locaux. Une promenade vaut bien des discours, soyez curieux ! 

Pour voir la liste des candidats signataires et leurs engagements, allez sur …

Parlons vélo !
Législatives 2022

Des cinq candidats élus dès le premier tour, un seul avait signé.
C’est Alexis Corbière en Seine-Saint-Denis.

Ils ont été sollicités par courrier puis le cas échéant relancés par l’association locale de la Fub. Quelques quiproquos ont eu lieu, la mise en ligne étant un peu décalée par rapport à la signature.

Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de “Mon député a signé pour le vélo”

  1. Voici un bon moyen de faire comprendre l’intérêt de promouvoir le vélo comme solution de transport, je regrette de voir que les députés du Doubs ne sont pas très engagés…
    Je me permets humblement de signaler au passage que le terme lice qui désignait les barrières d’un tournoi ne doit pas être confondu avec lisse l’adjectif. Comme les lices étaient en bois, on essayait de les faire lisses pour ne pas se planter des échardes!

    Répondre
  2. Ca ne les engage évidemment à rien, mais ça permettra de le leur rappeler lors des débats et des votes à venir.
    Et on vérifie ce qu’on savait déjà : apôtres et adversaires du vélo se retrouvent dans tous les camps, et pas toujours là où on s’attendrait à les trouver.

    Répondre
  3. Ils signent et qui leur demandera des comptes ? A mon avis, personne. Quelle est l’utilité de se mobiliser pour un engagement auquel personne n’accorde de vraie valeur, ni ceux qui le portent, ni ceux qui le signent ?
    Je sais que c’est difficile de trouver le moyen de peser dans ce genre de circonstances. Je doute que s’agiter pour s’agiter soit utile. Peut-être qu’il vaudrait mieux s’économiser pour préparer les échéances qui suivent quand les députés seront élus.

    Répondre
  4. Propositions d’un candidat de ma circonscription (je ne le dénoncerai pas, il a été éliminé dès le premier tour, c’est suffisant comme punition), sous le titre: « Optimiser les déplacements pour mieux respirer« :
    Repousser la date de mise en place des ZFE à 2030 pour mieux accompagner cette transition écologique.
    ☞ Faciliter la vie des usagers en démultipliant les parkings relais, en augmentant le nombre de recharges électriques urbaines et en investissant lourdement sur les transports en commun.
    Adapter les pistes cyclables afin de permettre aux modes doux de mieux s’intégrer dans l’espace public pour assurer leur sécurité. Immatriculer ces véhicules pour pouvoir contrôler et protéger tous les utilisateurs de la route mais aussi permettre la traçabilité en cas de vol.
    ▶️ Déjà il parle de modes doux au lieu de modes actifs.
    ▶️ Et il propose l’immatriculation des vélos, pour verbaliser les cyclistes, ces dangereux délinquants responsable de milliers de morts sur les routes.

    Répondre

Laisser un commentaire