Les Voeux de Christophe Béchu

Article

Accueil » En bref » Les Voeux de Christophe Béchu

par | Fév 1, 2024 | En bref | 0 commentaires

Donner des solutions aux Français. L’ambition écologique ne doit pas conduire à laisser des Français au bord du chemin. Cela doit nous conduire en permanence à avoir l’obsession de la solution pour tous : si nous faisons les ZFE pour améliorer la qualité de l’air là où nous dépassons les normes sanitaires, et bien nous faisons aussi le leasing à 100 euros/mois et les services express régionaux métropolitains pour donner des solutions de mobilités aux Français les plus modestes ; si nous portons un objectif très ambitieux de maîtrise de l’étalement urbain avec le zéro artificialisation nette, et bien nous donnons aussi des outils de souplesse aux maires des plus petites communes pour développer leurs territoires. C’est ça une écologie des solutions : une écologie populaire, sociale, qui s’intéresse aux gens et à leurs contraintes sans renier, et je dirais même pour atteindre, l’ambition.

Je vous le dis avec gravité. Si nous n’arrivons à pas déployer cette écologie de terrain, de simplicité et de solution, si nous restons dans une écologie de posture et de facilité, alors nous ferons le lit des extrêmes. Le discours climato-populiste qui consiste à dire « arrêtez d’emmerder les Français avec l’écologie » gagne du terrain. Je veux le combattre de toutes mes forces car je crois profondément qu’il est contraire à l’intérêt national. Mais on n’y répondra pas par des postures extrémistes qui défendent une écologie brutale, qui conteste tout projet routier, par exemple, comme une preuve d’inaction. Les mois qui nous séparent des élections européennes seront des mois de combat politique où l’écologie sera un enjeu crucial. Je veux livrer ce combat pour l’ambition écologique. Et j’aurai besoin de vous tous.

D’abord faire de 2024 l’année de l’adaptation
(Il cite les risques de retrait gonflement d’argile qui fissure les maisons et ruinent le quotidien, le bouleversement du cycle de l’eau. Il parle d’agriculture, d’assurances, de mettre fin à l’étalement urbain débridé de ces dernières années.)

L’adaptation, enfin, c’est repenser l’aménagement de notre territoire et mettre fin à l’étalement urbain débridé de ces dernières années. Ce sujet du ralentissement de l’artificialisation, ce sujet du ZAN il me tient à cœur car si j’entends les oppositions, je vois aussi sa nécessité. Cette cause elle réunit en même temps les maires du Pas-de-Calais, qui ont vu ce que l’artificialisation pouvait produire en cas d’événement climatique extrême, les agriculteurs qui ont besoin qu’on arrête de prendre sur le foncier agricole pour pouvoir nous nourrir, et les défenseurs de la biodiversité qui décline du fait des avancées de l’Homme. La préservation de nos terres, j’en suis convaincu, est l’un des grands projets français pour les prochaines années. Et il me fait penser à un autre sujet. En 1986, on disait que la loi littoral allait tuer toute l’économie littorale. Près de 40 ans plus tard, qui oserait remettre en cause cette loi ? Il arrive que des combats d’hier deviennent des évidences.

Deuxième priorité : incarner la promesse faite par le Premier ministre d’une écologie populaire, bonne pour la planète et bonne pour le pouvoir d’achat. Et là-dessus notre stratégie elle doit être très claire, très transparente et très déterminée : cibler les secteurs qui sont à la fois centraux dans nos objectifs de décarbonation et qui pèsent le plus fortement sur les dépenses des classes moyennes et populaires, je veux bien sûr parler du logement et des mobilités.

Je salue ce soir les nombreux acteurs des transports auxquels j’ai déjà pu présenter mes vœux en répondant à l’invitation de l’UTP il y a quelques jours. Deux axes forts qui combinent décarbonation et pouvoir d’achat : le leasing social et le paquet sur le ferroviaire et les transports publics.

Le leasing est d’ores et déjà un succès populaire. Nous avons déjà dépassé les 25 000 véhicules électriques en leasing à 100 euros. C’est considérable et nous n’allons pas nous arrêter là. C’était une promesse du Président de la République, elle est là, c’est du concret.

Sur les mobilités du quotidien, nous allons poursuivre la reconquête ferroviaire avec le plan de 100 milliards, les trains de nuit, le déploiement des SERM, la poursuite de la signature des CPER et le titre unique.

C’est moi qui ai mis du gras et du bleu.

Et je vous laisse faire vous-même faire votre analyse de la vision de l’avenir exposée par M. Béchu. Pour ma part et très vite je crois qu’on touche peu aux causes (mis à part l’étalement urbain, qui est d’ailleurs une conséquence) et qu’on ne change pas grand chose au mode de vie. Quant aux modes actifs, qui sont une source de bienfaits dans tous les domaines, ils sont oubliés.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits