400 millions pour le Plan vélo

Hans Kremers a refait les calculs. Ce n’est pas 200 millions qu’il faut mettre sur le Plan vélo, mais au moins 400 en année courante, abondés d’une forte dotation exceptionnelle. Voyons les faits. 21 h 30.
DERNIERE HEURE (12 sept) : un message audio d’Elisabeth Borne. 

En mai dernier la tribune Multiplier l’usage du vélo par 4 en 2024, c’est possible!1 demandait la création d’un Fonds vélo doté de 200 millions d’euros par an. Depuis c’est ce montant qui est régulièrement réclamé pour le futur Plan Vélo. 

De notre côté nous avions présenté, en février 2017, la réalité de plusieurs pays européens, dont la France, en matière de financement des politiques nationales du vélo. 
En voici quelques extraits concernant la participation des gouvernements. 

  • En Autriche le Masterplan Vélo (2015 – 2025) constate que la dépense annuelle pour le vélo s’élève à 4 € par habitant au niveau national et que cette moyenne atteint plutôt les 5 € pour les villes principales.
  • Le Danemark investit, d’après ECF, 12 € par habitant par an, avec une participation de l’Etat de presque 5 € par habitant en 2013. Depuis 2014 la participation étatique est plus élevée.  
  • D’après ECF toujours, les Pays-Bas dépensaient 24 € par habitant par an en 2012, dont 4€ étaient financés par l’Etat. Ici aussi cette participation est désormais plus élevée car le gouvernement a augmenté son budget en 2016.

Force est de constater que le calcul des signataires de la tribune est incomplet. La tribune explique qu’Un Fonds national vélo doté de 200 millions d’euros par an représente 3 euros par Français et par an. Sachant que le montant moyen alloué à la politique cyclable par les collectivités françaises était en 2016 de 7,7 euros par habitant et par an, le Fonds vélo permettra d’atteindre le seuil des 10 euros. 

Or, il s’agit de la moyenne de seulement 29 collectivités ayant répondu à l’enquête nationale de 2015 menée par l’Observatoire des mobilités actives. Celles qui ont répondu sont sûrement les collectivités les plus motivées et ayant un véritable budget. Il est donc plus que probable que la moyenne des collectivités se trouve nettement en dessous de 7,7 € par habitant et par an.

La situation financière des communes françaises est moins florissante que celle des pays cités ci-dessus. Aussi n’est il pas très réaliste de compter sur une moyenne de 7 € par an et par habitant dans toutes les communes françaises.

  • Le calcul des signataires de la tribune repose sur l’hypothèse du financement par toutes les collectivités locales françaises de 7 € par an et par habitant pour le vélo. Une trentaine d’entre elles seulement atteignent ce niveau.

 

Combien alors ???

L’Etat qui connaît parfaitement les finances (inter)communales devra jouer un rôle d’incitation forte s’il veut parler d’un « Plan Vélo ambitieux ». Cette incitation comprendra idéalement :

  • Au moins 10 euros par an et par habitant, avec une répartition de 5 € à 6 € financés par l’Etat et 4 à 5 € par la collectivité locale, soit un budget annuel pour l’Etat de 335 à 402 millions d’euros. 
  • Plus une dotation pluriannuelle exceptionnelle de 500 millions d’euros pour des infrastructures particulières (parkings, ouvrages d’art, réseaux express vélo,…). Cette mesure s’inspire des 261 millions d’euros de participation de l’Etat néerlandais aux projets de stationnement de vélos dans les gares. Les collectivités locales concernées se sont engagées à financer de leur côté au moins la moitié de ces projets. Cela correspondrait, proportionnellement au niveau de la population française, à 1 milliard d’euros financés par l’Etat pour l’équipement des gares en France.

Ces objectifs restent sûrement loin derrière ceux d’autres pays qui financent des aménagements cyclables depuis des décennies, mais peu importe, il est grand temps que la France amorce sa pompe aux vélos.

DERNIERE HEURE Plusieurs sources annoncent la présentation du plan vélo pour vendredi 14 septembre à Angers. Le mardi 11 septembre, Elisabeth Borne rappelle qu’elle y est « très attachée » et l’annonce pour « très prochainement ».

Extrait d’une déclaration à la presse le mardi 11 septembre vers 19h, lors de la présentation des priorités du Gouvernement pour la nouvelle politique d’investissements dans les transports

*******

  1.  Cette tribune était signée par Jérémie Almosni, chef du service transports et mobilité de l’ADEME, Mathieu Chassignet, expert en mobilité durable, Véronique Michaud, secrétaire générale du Club des villes et territoires cyclables, et Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).
Print Friendly, PDF & Email

9 thoughts on “400 millions pour le Plan vélo

  1. On peut aussi signaler aux décideurs que 400M€, que ce soit pour des autoroutes ou pour des pistes cyclables, ça fait toujours 400M€ de chiffre d’affaires pour le secteur des travaux publics.
    Avec sans doute une intensité en emplois plus forte pour les pistes cyclables, donc un meilleur retour sur investissement en terme d’impôts et de cotisations sociales. Donc un plan à 400M€ coûte moins que cela et coûte moins cher quand on en fait des pistes cyclables que des autoroutes.

    • T’es gentil mais on peut être cyclistes et automobiliste aussi, et en tant qu’automobiliste je suis bien assez taxé comme ça. Je n’ai pas envie de l’être encore plus, même si c’est pour financer mon moyen de déplacement favori.
      Des sous dans les caisses de l’État, il y en a beaucoup. Cessons de faire des cadeaux aux riches, et on financera trois ou quatre plans vélo ambitieux.

  2. Et les ateliers-vélo ?
    Où naissent et se discutent librement les histoires d’aménagements ?
    Où se réparent les vélos avec des personnes impliquées dans leur sécurité ?
    Où existe le ré-emploi ?
    Où les générations se croisent ?
    Laisser autant de place aux bagnoles ou les chasser des villes, après qu’elles aient chassé les tramways, le bus coincés dans les bouchons, les piétons, les cyclistes ? La place accordée aux bagnoles est un constat d’échec des villes dans lesquels ces 4 modes sont si bas (et je parle de Toulouse, qui détient un triste record de bagnoles…)

  3. Hé ben on y est presque ! Elle a annoncé 350M€, réjouissons-nous !
    Ah bon c’est étalé sur 7 ans… Ils sont forts en comm dans ce gouvernement. Pour le reste, je sais pas.

  4. La somme annoncée, peu importe ; ce qui compte c’est la volonté des collectivités locales d’agir. Rappel :  » Penser globalement, agir localement  » et  » Agir et pas gémir « .

Laisser un commentaire