Les voeux du club des villes cyclables : nous sommes au milieu du gué

Article

Accueil » Actualités » Economie et associations » Les voeux du club des villes cyclables : nous sommes au milieu du gué

Période incertaine pour le Club des villes cyclables comme pour le monde des mobilités : et d’abord plus de ministre, ou bientôt un ministre ??? 

Les voeux du Club, ce 17 janvier 24, oscillaient entre avenir institutionnel encore imprécis pour lui (fusion ou rapprochement avec Vélo&territoires, on en saura plus à la fin de l’année) et un certain nombre de questions à mettre sur la table : mieux penser la place des trottinettes électriques, faire une meilleure communication sur les règles et sur les comportements, davantage aider financièrement les collectivités qui veulent avancer sur la question du vélo. La naissance d’un problème de cohabitation entre piétons et cyclistes est également soulignée comme le signe que le vélo est sorti de la marginalité, instaurant une prise de conscience de la notion de piéton. 

En attente également, les conclusions des travaux sur la filière économique du vélo. C’est quasi-prêt, il faut juste que le remaniement gouvernemental soit stabilisé pour qu’on en sache plus.

Parmi les sujets de satisfaction le fait que 1/3 des adhérents sont désormais des communes de moins de 30 000 habitants, dont beaucoup de nouveaux qui commencent à penser au vélo. Sur 1300 répondants à une enquête menée en interne conjointement avec Vélo&territoires 7/10 ont une politique du vélo assumée et 2/5 ont commencé à réfléchir à la marche, ce qui est une avancée qu’on doit sans doute à la montée des conflits avec les cyclistes évoquée plus haut. Cette montée des tensions témoigne bien de la place que prend enfin le vélo, mais avec un problème de plus lié au fait qu’il y a beaucoup de néophytes. Pédagogie et sanctions font d’ailleurs partie des demandes à l’Etat, et ne s’adressent pas qu’aux cyclistes ! . 

Assemblée Nationale, 17 janvier 2024

Plus embêtant peut-être, le fait que pas loin de la moitié des 2300 dossiers de candidatures aux divers programmes nationaux ont été refusés, et pas pour des raisons de qualité, nous assure-t-on mais uniquement parce que le financement ne suit pas. A cela s’ajoute le fait que ces financements ne tiennent pas non plus compte de l’augmentation des coûts, comme ceux du BTP qui ont déjà pris 20 à 25 % ou ceux des vélos qui augmentent eux aussi. 

Certes, en moyenne sur les répondants à son enquête interne, les collectivités consacrent au vélo 15 euros par an et par habitant, avant aides de l’Etat. L’objectif reste quand même le double, tout compris. 

Il fut d’ailleurs relevé qu’une politique du vélo ne devait pas se contenter d’un aspect, mais s’intéresser aux rues et routes, aux services, à l’apprentissage…

Concernant ce dernier point, qui ne touche encore que 1/4 des jeunes, la présidente invite à assouplir les règles de certification des moniteurs déjà en place dans les municipalités. Quand quelqu’un a tous les certificats pour le sport c’est exagéré de lui faire tout recommencer, a-t-elle dit. Elle insiste sur l’urgence qu’il y a, au regard du succès des voitures sans permis, à former les jeunes et voudrait l’élargir aux vieux, aux femmes, etc. On le sait … les « jeunes » sont aujourd’hui la catégorie qui utilise le moins le vélo, ce qui est une catastrophe. Puisque la nouvelle ministre de l’Education nationale était auparavant ministre des Sports … elle prendra peut-être à coeur ce sujet, espère-t-on.

En conclusion, sans argent on ne peut rien faire, et si on fait on a plus de cyclistes qui réclament qu’on fasse plus. On est passé d’une période de pistes mal faites par des ingénieurs routiers à des aménagements de qualité bien meilleure, et d’une période sans cyclistes à une période avec cyclistes, dont on dit parfois qu’ils sèment la terreur dehors et à la mairie !!! Tout se tient… encore faut-il tenir le cap. Pour Françoise Rossignol globalement on va dans le bon sens.

C’est officiel ! Les « territoires » du vélo se rapprochent pour mieux se distinguer (décembre 2023)

27 territoires pour 14 régions appelés à faire la preuve du vélo (décembre 23)

Cyclistes et aires piétonnes : et si la Fub levait le nez de son guidon ? (novembre 2023)

La commission européenne publie sa déclaration pour le vélo (octobre 23)

Marche et vélo doivent reconquérir de l’espace, affirme le Club des Villes cyclables (novembre 2022) Les difficultés de cohabitation dont tous se plaignent proviennent d’abord d’une mauvaise affectation de l’espace disponible.

Les petits engins à moteur se verraient bien « EDP » (mai 2019) ce qui peut expliquer pourquoi ils ont accès aux pistes cyclables.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits